Vincenzo de Conti, sa femme et ses enfants s’installent dans le Sud-Ouest de la France en 1925. En 1956, Primo de Conti, son fils reprend l’exploitation agricole familiale avec Michelle, sa femme qui élève aussi quelques chevaux et son frère Albert. Appartenant à la troisième génération, Luc, guidé par sa passion des chevaux, s’installe aux Gendres au début des années 80. Luc récupère quelques hectares de vieilles vignes et plante également de nouvelles parcelles, secondé par sa femme Martine, qui s’occupe également de l’accueil au domaine.
Francis, son cousin avec qui il a grandit dans cette grande smala, rejoint l’exploitation en 1990 : ses 20 hectares de vigne de Saint Julien d’Eymet s’ajoutent au vignoble des Gendres et du Grand Caillou et il prend en charge la culture de la vigne.

«Epicuriens de nature, nous avons appris à organiser les conditions favorables à une vie de plaisir.
Chacun dans sa spécialité, nous nous appliquons à travailler la vigne, à vinifier les vins, accueillir nos clients et gérer le domaine. Cette stratégie, cette arithmétique hédoniste, nous donne la satisfaction de travailler et de vivre ensemble, et de développer notre exploitation tout en étant acteur du développement local. Nous savourons le présent tout en préparant l’avenir…
C’est l’instinct de famille.»

Le vignoble des Gendres

Connue depuis le XII siècle comme étant la ferme viticole du château de Bridoire, la propriété des Gendres est située sur l’emplacement d’une ancienne villa Gallo-Romaine. Référencé dans le Féret de 1903, notre domaine doit son nom à son propriétaire de l’époque, Monsieur de Peyronny, qui n’était autre que le gendre du Marquis de Foucault de Lardimalie, châtelain de Bridoire. Détruit par le Phylloxéra au début du 19ème siècle, le vignoble couvre maintenant le dixième de la surface d’alors.

Les premières fois…

  • 1984Premiers travaux de replantation des vignobles sur deux hectares
  • 1986Premier vin, Château Tour de Gendres rouge
  • 1987Premier vin blanc, la Cuvée des Conti
  • 1988Premiers élevages des blancs sur lies
  • 1989Première mise en bouteille de la Gloire de Mon Père
  • 1991Premier Moulin des Dames blanc, un blanc sec de gastronomie
  • 1994Premier Moulin des Dames rouge, un Bergerac très haut de gamme
  • 1994Premiers essais de viticulture en agriculture biologique sur la propriété des Gendres
  • 1996Premier Anthologia blanc, un grand blanc sec pur Sauvignon
  • 2000Premier Anthologia rouge, un assemblage de nos plus beaux terroirs (désormais “Le Parcellaire”)
  • 2005Agriculture Biologique sur les 52 hectares de la propriété
  • 2005Premier vin 100% Muscadelle Petit grain : la Conti-ne Périgourdine
  • 2007Premier essai de vinification sans SO²
  • 2008Premier Parcellaire rouge merlot : Parcelle les Gendres
  • 2009Premier Parcellaire rouge Cabernet sauvignon : Parcelle Le Petit Bois
  • 2011Premières vinifications en foudres
  • 2013Premiers essais en amphores
  • 2014Naissance de la gamme des sans soufre : Pét’ Nat’ et La Vigne d’Albert

Notre avenir de vigneron

Vignerons avant-gardistes et engagés, nous prenons une part active dans la transmission des savoirs. Authenticité et typicité font la personnalité et le succès de nos vins… la Muscadelle à petits grains et le Malbec sont des cépages historiques de l’appellation – ils sont présents à Bergerac depuis près de mille ans. Continuons d’apprendre à les travailler naturellement, à les vinifier, à les assembler et nous ferons tous un geste en faveur de notre terroir et de notre environnement. Nous avons beaucoup appris de la nature depuis notre passage en bio et depuis quelques temps la nouvelle génération arrive, apprends, propose… c’est un cercle perpétuel !

Les vignerons et les paysans en général doivent réapprendre à faire confiance à la nature. Tout est prévu pour que ça fonctionne bien sans nous. Plus nous chercherons à être interventionnistes, à créer un équilibre factice et à maitriser tout et tout le temps, plus les choses seront dangereuses et surtout limitées dans le temps. Mettre un sol presque mort sous perfusion ne peut pas être une solution de long terme. Au contraire, plus nous apprendrons à tolérer les aléas de la nature, à nous adapter à elle et non pas le contraire, plus la biodiversité remplira son rôle d’équilibrant naturel, plus le sol aura à nous donner, nos vins seront de plus en plus authentiques et surtout, cela pourra se passer de génération en génération, sans fin… C’est notre conviction profonde et notre motivation première dans ce métier.

origines Château tour des gendres bergerac